“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

"Remettre la science au cœur de la société": la ministre Frédérique Vidal inaugure deux grands projets sur la Côte d'Azur ce vendredi

Mis à jour le 14/02/2020 à 10:34 Publié le 14/02/2020 à 10:23
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

"Remettre la science au cœur de la société": la ministre Frédérique Vidal inaugure deux grands projets sur la Côte d'Azur ce vendredi

Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation, ancienne présidente de l'Université Nice-Sophia Antipolis et Monégasque de naissance, est en déplacement à Cannes et Nice ce vendredi.

Ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, Frédérique Vidal inaugure ce vendredi la Bastide rouge, à Cannes, puis l’Imredd, à Nice.

Deux projets dont elle a vécu les premiers pas en qualité de présidente de l’Université Nice-Sophia-Antipolis. Entretien.

Bastide rouge et Imredd: deux pôles majeurs de la recherche sur la Côte?
Le projet de la Bastide rouge est né de la volonté conjointe de Cannes et de l’Université de disposer d’un pôle de rayonnement autour de tout ce qui concerne le cinéma et les séries. Sa vocation est d’accueillir, sur un site unique, des formations jusqu’alors dispersées dans la ville, et d’en proposer de nouvelles autour des nouveaux médias et du storytelling. En profitant de la présence de réalisateurs et d’auteurs, afin que les étudiants les rencontrent. Cette idée est partie du souhait de l’Université de s’implanter sur l’ensemble du territoire des Alpes-Maritimes, avec des campus qui soient caractéristiques de ses villes. Le premier modèle, à Grasse, étant consacré aux parfums et aux arômes.

Quelle est la vocation de l’Imredd, à Nice?
Cet institut est tout à fait original, en ce sens qu’il accueille à la fois des formations, des laboratoires de recherches et des plateformes technologiques ouvertes au monde de l’entreprise. Ce qui permet de faire travailler les étudiants en mode "projet", l’objectif étant d’avoir un lieu dédié aux territoires intelligents et à la prévention-gestion des risques. Avec des focus sur l’énergie, le cycle de l’eau et la mobilité intelligente.

Quelle part y avez-vous prise lorsque vous présidiez l’Université?
Ce sont des projets que j’avais portés en qualité de présidente, avec le conseil d’administration. La décision étant prise, notamment dans le cadre de la candidature à l’Initiative d’excellence, d’avoir une université qui soit très connectée à son territoire. J’en ai vu la naissance conceptuelle, ce qui ajoute un plaisir particulier à venir faire ces inaugurations qu’une tempête avait empêchées le mois dernier.

"La recherche française est excellente"

Il y a tempête aussi sur la recherche en France. Mais vous améliorez le sort des enseignants-chercheurs…
La recherche française est excellente. Avec de jeunes docteurs assez peu considérés alors qu’ils sont très prisés dans le monde entier. Parce que la réalité scientifique est parfois mise à mal par des opinions. Et en raison, de façon plus prosaïque, de niveaux de salaires peu attractifs.

Des préjugés écarteraient des jeunes de la recherche?
Aujourd’hui, des gens parfois très célèbres nient la réalité scientifique du réchauffement climatique. Il est donc important de lutter contre la décrédibilisation des connaissances produites par la recherche et de remettre la science au cœur de la société.

Trump qui doute du réchauffement climatique et annonce la disparition du coronavirus au printemps?
Cette déclaration est absolument fabuleuse: nous avons un grand virologue de plus sur la planète. Astrologue aussi, probablement, capable de lire dans le marc de café la date de disparition d’un virus. Si ce n’était pas si triste, ce pourrait être fascinant.

"Nous avons la capacité d’être reconnus sur tous les sujets"

En tout cas, vous annoncez 120 millions pour 2021.
Deux mesures sont actées, qui me paraissent déjà emblématiques. Le fait que l’on ne recrute plus aucun jeune chercheur en dessous de deux Smic, alors qu’aujourd’hui, la rémunération se situe entre 1,3 et 1,4 Smic. Soit un gain de plus de 8.000 euros par an. Ou de 2.600 euros si l’on fait une moyenne sur l’ensemble des recrutements. Par ailleurs, le déblocage d’une enveloppe indemnitaire supplémentaire permettra de rééquilibrer la pyramide pour rendre plus attractives toutes les carrières.

D’autres mesures suivront?
Bien sûr, notamment pour renforcer aussi l’investissement privé dans la recherche. Quand on dit que l’on souhaite un investissement à hauteur de 3% du PIB dans la recherche, on parle d’un tiers d’investissements publics et de deux tiers d’investissements privés.

Et quels sont les domaines où la France excelle?
On peut dire sans se tromper que nous avons une très longue tradition dans les mathématiques. Mais nous avons la capacité d’être reconnus sur tous les sujets. La philosophie, les sciences archéologiques, la médecine, la biologie... Aujourd’hui, tous les grands défis scientifiques appellent l’ensemble des disciplines. Pour les territoires intelligents que nous évoquions, par exemple, nous avons besoin de sociologie pour étudier les solutions qui seront acceptées par les populations, nous avons aussi besoin d’éthique. Que l’on parle de climat, de migrations ou d’énergie, toutes les disciplines sont sollicitées.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.