“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Je fais quoi si mon ado "pète les plombs" pendant le confinement? Cette psychothérapeute vous répond

Mis à jour le 27/03/2020 à 09:27 Publié le 27/03/2020 à 09:18
"Le confinement pour les ados, c’est comme s’ils étaient punis sans raison. Comme si on leur demandait de redevenir des enfants de perdre cette liberté gagnée au fil du temps..."

"Le confinement pour les ados, c’est comme s’ils étaient punis sans raison. Comme si on leur demandait de redevenir des enfants de perdre cette liberté gagnée au fil du temps..." Photo P. L

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Je fais quoi si mon ado "pète les plombs" pendant le confinement? Cette psychothérapeute vous répond

Après presque 15 jours de confinement, certains manifestent des signes de stress évidents. Explications et conseils d’une psychothérapeuthe spécialisée dans l’enfant et l’adolescent.

SUIVRE. LIVE. Confinement jour 11, 1.696 décès en France dont une ado de 16 ans... Suivez l'évolution de la situation du coronavirus

Presque quinze jours après la mise en confinement des familles, certains adolescents manifestent des signes de stress évidents. Certains, privés de leurs 10 heures de sport hebdomadaires ou de leur copine, peuvent même exploser.

Que faire pour les aider ? Les réponses de Sandra Huret, psychothérapeute spécialisée dans l’enfant et l’adolescent, exerçant à Cannes et Nice.

Pourquoi le confinement est-il plus difficile pour les adolescents que pour nous, adultes ?

Les adolescents vivent le stress traumatique de la même façon que nous. Mais si pour l’adulte, l’anxiété majeure est de ne pas pouvoir sortir comme à l’accoutumée, pour l’ado, elle provient plutôt du confinement à proximité de l’adulte. C’est comme si leur monde d’ados était menacé.

Oui, certains parents disent : "ils ne supportent pas d'être près de nous…"

Absolument. Leur construction psychique, l’élaboration de leur future personnalité d’adulte se voit compromise dans un temps où tout est à l’arrêt. Normalement, l’ado a besoin de s'extirper du monde de l’adulte, de le fuir afin de consolider son propre monde, constitué de sa « tribu », (ceux de son âge) avec un langage qui lui est propre, des codes… etc. Cette promiscuité rompt le processus, l’espace partagé avec les parents dû au confinement brise tout cela. Son territoire est comme « défait ».

Et pourquoi chez certains, cela peut se traduire par une grande violence ?

Tout dépend de la sensibilité de chacun, et du contexte de vie à la maison. C’est comme s’ils étaient punis sans raison. Comme si on leur demandait de redevenir des enfants : cet espace de liberté qu’ils ont gagné au fil des années est menacé par ce confinement. Cela peut mener, dans certains cas, à des comportements violents.

Quels conseils donnez-vous aux parents désappointés ?

Ils doivent se faire confiance et être patients. Ne pas aller vers leur ado en leur proposant sans cesse des activités en famille mais le laisser venir à eux et s’il ne vient pas et ne se mêle pas aux activités familiales, ce n’est pas si grave… Mieux vaut le laisser dans son espace, (espace, qui je le rappelle, est menacé et donc, l’ado a besoin de le recréer, ou de le consolider… etc.)

Les familles peuvent toujours proposer mais éviter d’imposer. Par exemple, proposer que chacun, dans la semaine, présente une idée de recette de cuisine, un jeu, une série, un film. Noter ces idées sur le réfrigérateur, sur un post-it… Mais surtout laisser un espace de liberté à chacun. Même si l’ado propose mais finalement ne participe pas, c’est déjà un acquis, un pas de plus vers l’adulte.

Proposer aussi des activités sportives à la maison. Même dans un petit espace, c’est possible ! Laisser l’ado rédiger son nouveau planning hebdomadaire sans oublier d’y intégrer le travail scolaire mais à petites doses, sans tourment. Ne pas mettre la pression ! Pensons tous à lâcher-prise…

Pensez-vous que cette expérience inédite pourra les sortir grandis ?

Des prises de conscience sont souhaitables dans cette expérience inédite et pas seulement pour l’ado mais pour chacun d’entre nous.

Pour que l’ado puisse grandir harmonieusement de cette expérience, il sera nécessaire de lui permettre de verbaliser. Il est, en effet, toujours possible et ce, dès à présent, de discuter en famille sur les grandes thématiques comme les valeurs, le bonheur, le relationnel, la liberté…

Les ados ont des choses à dire et souvent, les grandes thématiques chères à la philosophie, sont aussi un bel exercice non seulement intellectuel mais également très agréable à partager en famille. Il est simplement conseillé de ne pas partir du présupposé que l’ado n’aura pas d’idées sur la question.

Bien au contraire, je l’observe régulièrement dans mon accompagnement auprès des ados. Ils ont des choses à dire. Il faut juste trouver le bon canal de communication et… le bon moment. Il faut vraiment profiter de ce temps pour prendre le temps !

Parler avec eux en respectant leur rythme et leur espace est le meilleur moyen, je pense, de les aider à sortir grandis de cette expérience de confinement.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.