“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Mort d'Emiliano Sala dans un crash d'avion: le bureau d'enquête britannique rend son rapport ce vendredi

Mis à jour le 13/03/2020 à 06:55 Publié le 13/03/2020 à 06:52
Hommage des supporters nantais à leur ancien buteur, Emiliano Sala.

Hommage des supporters nantais à leur ancien buteur, Emiliano Sala. Photo AFP

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Mort d'Emiliano Sala dans un crash d'avion: le bureau d'enquête britannique rend son rapport ce vendredi

Le bureau d'enquête britannique sur les accidents aériens (AAIB) rend vendredi son rapport sur le crash de l'avion de footballeur argentin Emiliano Sala, qui s'est abîmé en mer il y a plus d'un an.

Le petit avion privé à bord duquel se trouvait le joueur de 28 ans et le pilote David Ibbotson, avait sombré dans la Manche le 21 janvier 2019. L'attaquant du FC Nantes rejoignait le club de Cardiff, où il venait d'être transféré, pour 17 millions d'euros.

Le corps du joueur, dont la disparition avait ému le monde du football, avait été retrouvé dans la carcasse de l'appareil, plus de deux semaines après l'accident, à 67 mètres de profondeur. Le corps du pilote de 59 ans n'a en revanche pas été retrouvé.

>>RELIRE. Responsabilités, paiement du transfert... Un an après la mort du footballeur Emiliano Sala dans un accident d'avion, les polémiques perdurent

L'autopsie a permis d'établir qu'Emiliano Sala a succombé à des "blessures à la tête et au tronc".

Un rapport intermédiaire publié en août dernier par l'AAIB avait permis d'établir que l'attaquant argentin avait été exposé à un niveau "potentiellement mortel" de monoxyde de carbone.

Le bureau d'enquête avait jugé "probable" que le pilote ait également été exposé.

"Il est clair d'après les symptômes que l'exposition au (monoxyde de carbone) peut réduire ou inhiber la capacité d'un pilote à piloter un avion en fonction du niveau d'exposition", avait expliqué l'AAIB.

L'intoxication au monoxyde de carbone constitue un risque particulier pour le type d'avion dans lequel les deux hommes voyageaient.

"Une mauvaise étanchéité de la cabine ou des fuites dans les systèmes de chauffage et de ventilation par les gaz d'échappement peuvent permettre à du monoxyde de carbone d'entrer dans la cabine" et dans le poste de pilotage, avaient expliqué les enquêteurs.

Pas de poursuites pénales

Moins d'un mois après l'accident, le bureau d'enquête avait établi que le Piper PA-46 Malibu, enregistré aux Etats-Unis, n'était pas habilité pour les vols commerciaux.

Le monomoteur n'était en effet pas homologué pour, et son pilote, David Ibbotson, n'était pas autorisé à transporter des passagers payants. Il n'est pas certain non plus qu'il ait eu la permission de voler de nuit.

Le vol était affrété par le pilote britannique David Henderson, à la demande de l'intermédiaire Willie McKay et de son fils Mark, l'agent mandaté par Nantes pour mener à bien le transfert de Sala. Les McKay déclarent avoir payé la totalité du voyage.

Cardiff assure pour sa part avoir proposé un vol commercial au joueur, qui l'a décliné, même s'il s'est inquiété avant le décollage de l'état du petit avion.

Sur le plan pénal, la police britannique a décidé de ne pas poursuivre un suspect brièvement arrêté l'année dernière pour homicide involontaire. Selon le quotidien The Times il s'agissait de M. Henderson.

"L'enquête sur la manière dont a été géré le vol se poursuit", a précisé la police du Dorset, qui a promis de "continuer d'aider" l'Autorité de l'aviation civile (CAA) et ses propres investigations.

Le club de Cardiff a quant à lui déposé à Nantes une plainte contre X qui cible les modalités du transfert et l'organisation du vol fatal.

Depuis l'accident, Nantes réclame au club gallois le paiement du transfert. Fin septembre, la Fifa a donné raison à Nantes et ordonné le paiement d'une première tranche de 6 millions d'euros, mais Cardiff a saisi le Tribunal arbitral du sport (TAS), dont la décision n'est pas attendue avant juin.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.