“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

A Nice, elle s'était prostituée et était devenue une vraie mère-maquerelle par amour

Mis à jour le 23/05/2020 à 09:29 Publié le 23/05/2020 à 08:45
Le tribunal de Nice.

Le tribunal de Nice. Photo Nice-Matin

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

A Nice, elle s'était prostituée et était devenue une vraie mère-maquerelle par amour

Une jeune fille de 25 ans était éperdument amoureuse d’Alexis M., 29 ans. Au point d’accéder à ses demandes, même s’il était en prison. Elle s'est prostituée pour lui, et a convaincu une de ses copines de faire pareil. L'affaire a été jugée au tribunal correctionnel de Nice.

"L’amour peut vous faire faire n’importe quoi", a confié Solène (*) à un policier de la brigade de répression du proxénétisme de Nice.

La jeune fille de 25 ans était éperdument amoureuse d’Alexis M., 29 ans. Au point d’accéder à ses demandes, même s’il était en prison. Solène, issue d’un milieu plutôt favorisé de viticulteurs, a vendu son corps pour le bel Alexis, exposant ses charmes sur Internet pour attirer les clients dès 2018.

Pire, elle a convaincu une amie, mère de deux enfants, en proie à des difficultés financières, à suivre son exemple. Elle lui a sous-loué un appartement 750 euros par mois boulevard Bischoffsheim et l’a inscrite sur un site. Elle a fixé les tarifs: 100 euros les 30 minutes, 150 euros l’heure, 100 euros de supplément en cas de déplacement. Elle gérait le planning des rendez-vous et prélevait sa dîme sur les gains plutôt confortables de son amie Amel. De prostituée, Solène est devenue elle aussi proxénète, versant un salaire hebdomadaire à son "amie".

Cette affaire de mœurs, révélée par une enquête de la Sûreté départementale, est partie du simple contrôle d’une BMW. A l’intérieur, deux individus, Steven et José, qui se révéleront les obligés d’Alexis M. qui, décidément, a de vrais talent de manager, même à distance. Quand A.M est en détention, il continue de diriger ses affaires, se permet même d’appeler le commissariat pour clarifier la situation administrative du véhicule.

Ses deux adjoints, venus de région parisienne, assurent la sécurité des deux prostituées, vérifient les comptes, se transforment en baby-sitters quand Amel reçoit un client.

Quatre ans de prison ferme

Alexis M., plutôt bravache face à ses juges, a toujours nié avoir dirigé ce réseau de prostitution. Il n’a jamais manqué de dénigrer Solène, "l’autre" comme il la désigne avec un profond mépris. Celle qui lui envoyait des mandats cash en détention. Mais qu’il tient responsable de ses ennuis judiciaires.

Jugé jeudi devant le tribunal correctionnel, il s’est montré parfois provocateur. Il est actuellement détenu pour avoir été violent avec une autre de ses conquêtes.

Le parquet a requis contre lui quatre ans d’emprisonnement dont un avec sursis, l’estimant coupable de proxénétisme aggravé. Alexis M. a finalement été condamné à quatre ans ferme à exécuter sur-le-champ. C’est sa dix-neuvième condamnation.

Steven et José, absents du procès, devront purger une peine de dix-huit mois. Solène, elle aussi absente, écope de quatre mois d’emprisonnement pour avoir aidé, assister et protéger la prostitution d’Amel. Un mandat d’arrêt a été délivré contre elle.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.