“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Trois amies Azuréennes coincées à Marrakech à cause du coronavirus

Mis à jour le 14/03/2020 à 16:37 Publié le 14/03/2020 à 16:26
"Grosse tension devant le consulat", confient les trois amies de Grasse et Pégomas ce samedi.

"Grosse tension devant le consulat", confient les trois amies de Grasse et Pégomas ce samedi. Photo DR

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Trois amies Azuréennes coincées à Marrakech à cause du coronavirus

Elles n’avaient pas prévu ça il y a un an en réservant leur trek dans l’Atlas marocain. Un an à rêver de cette expédition pédestre entre amies qui devait durer quatre jours... pour n’en vivre finalement que quelques heures.

Car l’aventure, qui a débuté ce jeudi 12 mars dans la soirée, a fait long feu pour deux Grassoises, Marjorie Chaligne, 30 ans, et Sandrine Beregi, 52 ans, ainsi que Aurelie Chaligne, Pégomassoise de 34 ans.

Le Maroc a fermé ses frontières pour cause de coronavirus. Les derniers avions ont décollé... sans les trois amies, qui faute de connexion dans les montagnes, ont eu l’information trop tard par leurs familles. "On a réussi à avoir le consulat au téléphone qui nous a dit qu’il y avait des vols jusqu’à minuit ce vendredi. On a pris un taxi jusqu’à Marrakech. Mais on est arrivées trop tard. Les vols pour l’Europe étaient soit complets, soit annulés."

"beaucoup de tension parmi les Français"

Ce samedi, si elles marchent, c’est pour parcourir la distance entre l’aéroport et le consulat où elles espèrent glaner une information utile.

"Mais devant le consulat il y a beaucoup de tension parmi les Français qui comme nous attendent d’en savoir plus. Nous nous sentons abandonnées et sans solution de la part du gouvernement français", disent les trois Azuréennes, qui ont réservé un hôtel pour les deux jours à venir et devaient dans leur planning initial reprendre un vol pour la France ce mardi 18 mars...

"Pour l’instant, nous espérons surtout obtenir un délai précis", dit Aurélie, personnel de santé au centre hospitalier Simone-Veil à Cannes, qui devait être réquisitionnée dans le cadre du plan blanc déclenché dans les hôpitaux en France.

>> Suivez notre LIVE sur le coronavirus 


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.