“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Prof d'histoire décapité: cinq nouvelles gardes à vue, l'identité de l'assaillant confirmée

Mis à jour le 17/10/2020 à 12:17 Publié le 17/10/2020 à 09:12
Des policier à Eragny ce vendredi soir, commune dans laquelle l'agresseur du professeur a été abattu.

Des policier à Eragny ce vendredi soir, commune dans laquelle l'agresseur du professeur a été abattu. Photo by ABDULMONAM EASSA / AFP

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Prof d'histoire décapité: cinq nouvelles gardes à vue, l'identité de l'assaillant confirmée

Cinq nouvelles personnes ont été interpellées dans la nuit de vendredi à samedi après la décapitation d'un professeur d'histoire près d'un collège de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), portant à neuf le nombre total de personnes en garde à vue, a-t-on appris de source judiciaire.

Parmi les cinq nouvelles personnes, figurent deux parents d'élève - un homme et son épouse - du collège où travaillait la victime.

Ces personnes avaient eu un différend avec l'enseignant sur les caricatures de Mahomet que l'enseignant avait montrées en classe.

Trois personnes de l'entourage non familial de l'assaillant ont par ailleurs été interpellées.

Quatre autres personnes, dont un mineur, issues de l'entourage familial du suspect, avaient été arrêtées auparavant à Evreux (Eure).

L'identité de l'assaillant, sur lequel avait été trouvée une pièce d'identité, a par ailleurs été confirmée par les enquêteurs, selon la source judiciaire. Il s'agit d'un jeune Russe tchétchène de 18 ans né à Moscou.

Il était connu pour des antécédents de droit commun, mais disposait d'un casier vierge, et n'était pas connu pour sa radicalisation.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.