“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Mort de Samuel Paty: un parent d'élève et l'assaillant ont échangé des messages avant l'attaque

Mis à jour le 20/10/2020 à 15:55 Publié le 20/10/2020 à 15:43
Hommage devant le collège de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines).

Hommage devant le collège de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines). Photo AFP

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Mort de Samuel Paty: un parent d'élève et l'assaillant ont échangé des messages avant l'attaque

Le père d'élève qui avait appelé à une mobilisation sur les réseaux sociaux contre Samuel Paty, le professeur assassiné vendredi près de son collège de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), a échangé des messages par téléphone avec l'assaillant dans les jours qui ont précédé l'attaque, a-t-on appris de source proche du dossier.

Ces échanges ont eu lieu sur la messagerie WhatsApp, a ajouté cette source proche, confirmant une information de BFMTV, sans donner de précisions sur leur contenu.

Le père de la collégienne avait donné son numéro de téléphone sur Facebook dans un message accompagnant une vidéo diffusée le 8 octobre, dans laquelle il appelait à la mobilisation contre Samuel Paty après un cours sur les caricatures de Mahomet auquel, disait-il, avait assisté sa fille.

Cette dernière, scolarisée en 4e, faisait bien partie d'une classe à laquelle Samuel Paty a dispensé un cours sur la liberté d'expression, le 6 octobre, mais elle était absente ce jour-là, selon une source proche du dossier.

Il avait diffusé le 12 octobre sur Youtube une nouvelle vidéo prenant pour cible l'enseignant, où on l'apercevait en compagnie du militant islamiste Abdelhakim Sefrioui.

Les deux hommes étaient en garde à vue mardi après-midi dans cette enquête antiterroriste, avec 14 autres personnes dont cinq collégiens.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.