“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Une policière grièvement blessée à la tête lors d'un contrôle lié au confinement dans l'Oise

Mis à jour le 25/03/2020 à 11:02 Publié le 25/03/2020 à 11:00
Illustration.

Illustration. Photo François Vignola

Une policière grièvement blessée à la tête lors d'un contrôle lié au confinement dans l'Oise

Les faits se sont produits mardi, vers 17h30, dans la cité de la Roseraie à Beauvais, après que les policiers ont remarqué un groupe d’une dizaine de personnes, réunies malgré le confinement.

Alors qu’ils s’apprêtaient à contrôler les attestations de déplacement, les policiers ont été la cible de jets de projectiles. La policière en a reçu un à la tête.

>>LIVE. Confinement jour 9, 1.100 décès en France... Suivez l'évolution de la situation du coronavirus

Pronostic vital non engagé

Souffrant d’un hématome crânien, elle a été transportée à l’hôpital d’Amiens (Somme) où elle a été opérée. A 23 heures, sont état était jugé stable et son pronostic vital n’était pas engagé.

"Ce soir, mes pensées vont à cette policière grièvement blessée, alors qu’elle était engagée pour nous protéger. Tout est mis en oeuvre pour que ces actes gravissimes ne restent pas impunis. Solidarité avec tous ses collègues de la @PoliceNationale", a tweeté le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner.

D’après le parquet de Beauvais, le groupe s’est éparpillé à l’approche de la police, qui a interpellé une première personne. Lors de l’interpellation, une seconde a tenté de s’interposer et a été arrêtée à son tour.

Il s'agit de deux frères, de 22 et 17 ans. Ils sont toujours en garde à vue, soupçonnés d’outrage et de rébellion.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.