“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Une araignée le mord dans son sommeil, sa peau et sa chair commencent à nécroser

Mis à jour le 28/07/2020 à 18:30 Publié le 28/07/2020 à 17:30
L'araignée-violoniste, présente dans le Sud de la France, pourrait-être à l'origine de cette plaie.

L'araignée-violoniste, présente dans le Sud de la France, pourrait-être à l'origine de cette plaie. Photos Anne Bounias-Delacour et DR

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Une araignée le mord dans son sommeil, sa peau et sa chair commencent à nécroser

Il y a un mois, François s'est probablement fait mordre par une araignée-violoniste dans son sommeil. C'est en tout cas ce qu'un médecin du CHPG de Monaco lui a dit. Mais arachnide ou non, ses tissus ont commencé à nécroser. Plusieurs interventions médicales ont été nécessaires pour le soigner.

Si les petites bêtes ne mangent pas les grosses, elles peuvent toutefois faire mal et peur aussi. 

Il y a un mois, au petit matin, François s'est réveillé avec une drôle de sensation. "J'ai rêvé qu'on m'avait tiré dans la jambe", se souvient-il. Lorsqu'il ouvre les yeux, aucune trace de balle, mais une belle plaque rouge sur la cuisse.

Au départ, une grosse plaque rouge enflée.
Au départ, une grosse plaque rouge enflée. Photo DR

Jour après jour, ce qui s'apparentait à une simple piqûre ou morsure prend des proportions inquiétantes. François explique alors que "ça a commencé à gonfler, à être douloureux, à me gêner. Si bien que j'avais du mal à marcher. Et puis, il y a comme un trou noir qui s'est formé au centre". 

Une semaine plus tard, le septuagénaire se décide à consulter. Il se rend tout d'abord à la polyclinique Saint-Jean de Cagnes-sur-Mer. Là-bas, on presse "un peu dessus" et on le laisse repartir. "Personne n'a su me dire ce que c'était"

François s'alarme et va à l'Institut Arnault Tzanck. Par trois fois, les médecins tentent de faire sortir toute la substance noire qui se trouve à l'intérieur de la plaie et qui ne fait que gagner du terrain. On lui prescrit même des antibiotiques, de la pommade et de la cortisone, mais aucune amélioration. 

Il tente alors de prendre rendez-vous au service infectiologie de l'hôpital l'Archet. En vain. Il y a un mois d'attente. 

Petit-à-petit le centre de la plaie a commencé à noircir.
Petit-à-petit le centre de la plaie a commencé à noircir. Photo DR

"Je ne pouvais plus rester comme ça, j'avais besoin de soins et de savoir ce qu'il m'arrivait", y repense François. C'est au CHPG de Monaco qu'il obtiendra une réponse et une prise en charge adaptée.

L'araignée-violoniste 

"Quand le médecin m'a annoncé que c'était une araignée-violoniste qui m'avait fait ça, j'ai tout d'abord cru à une blague". S'il en rit aujourd'hui, le Laurentin a eu une belle frayeur. 

Il s'agit d'une petite bête qui mesure entre 1 et 1.5 centimètres. Couleur sable, elle porte sur la partie avant, une tâche foncée qui ressemble à un violon, c'est de là qu'elle tient son nom. 

Après une anesthésie locale, on lui a retiré un bout de peau et de chair complètement nécrosé "d'un centimètre d'épaisseur et de cinq centimètres de diamètre"

La nécrose gagne du terrain et la plaie s'infecte.
La nécrose gagne du terrain et la plaie s'infecte. Photo DR

Aujourd'hui, François va mieux, sa cuisse aussi. Même s'il ressent encore une petite gêne. 

Quelques points "provisoires" referment la plaie. "Mais ils ne tiennent pas beaucoup, précise-t-il. Je pense qu'ils n'ont pas voulu refermer fermement la plaie au cas-où il faudrait la rouvrir. Le médecin m'a dit que s'il restait ne serait-ce qu'un tout petit peu de venin, la peau et la chair pourraient nécroser de nouveau"

En 2016, Le Parisien rapportait qu'un touriste belge en vacances dans le Vaucluse s'était fait mordre aux deux genoux par une araignée violoniste et qu'il avait échappé de peu à l'amputation. 

Rien de bien rassurant, mais  fort heureusement, les morsures de cette petite araignée sont extrêmement rares. 

La plaie est refermée mais François est toujours sous surveillance.
La plaie est refermée mais François est toujours sous surveillance. Photo DR

Toujours sous surveillance, mais soulagé, le septuagénaire use désormais de produits insecticides avant d'aller se coucher pour ne pas revivre le même calvaire.

L'araignée-violoniste.
L'araignée-violoniste. Photo Pixabay
"Une quinzaine d'espèces peut entraîner des complications comme celle-ci"

Anne Bounias-Delacour est arachnologue à Cavaillon (Vaucluse) et ne veut pas qu'on accuse l'araignée violoniste à tort. Pour elle, "il se peut qu'elle soit à l'origine de cette morsure, mais si personne ne l'a vue, difficile de dire qu'elle est coupable". 

Cette araignée qui est présente dans les maisons du Sud de la France ne sort que très peu. Il y en a d'ailleurs une grosse population dans le Gard et l'Hérault, et pour autant, "les morsures sont extrêmement rares". 

"La femelle ne quitte pratiquement jamais sa toile. On dit qu'elle est lucifuge, car elle fuit la lumière. Il n'y a que le mâle pour se nourrir ou au moment de la reproduction qui se balade, nous apprend la spécialiste. Il n'y a qu'un cas avéré entre 2000 et 2010 de morsure d'araignée-violoniste qui soit responsable d'une telle nécrose. Elles sont tellement petites que lorsqu'elles mordent, elles peinent à traverser la peau".

Pour la spécialiste, "une quinzaine d'espèces peut entraîner des complications comme celle-ci. La tique par exemple. Mais nous sommes tous différents et ne réagissons pas tous de la même manière. Certains seront mordus et n'auront rien et pour d'autres, ce sera plus difficile."

 


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.