“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

La police monégasque déménage au stade Louis-II et prend des engagements pour la transition énergétique

Mis à jour le 20/10/2020 à 15:24 Publié le 20/10/2020 à 14:13
Le prince Albert II est rentré au Palais au volant de la nouvelle e-Golf de la Sûreté publique.

Le prince Albert II est rentré au Palais au volant de la nouvelle e-Golf de la Sûreté publique. (Photo Gaétan Luci / Palais princier)

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

La police monégasque déménage au stade Louis-II et prend des engagements pour la transition énergétique

La Sûreté publique a signé, lundi, la charte d’engagement du Pacte national pour la transition énergétique et a présenté au souverain ses locaux provisoires au stade Louis-II.

D’habitude, c’est en passionné de football en général et de l’AS Monaco en particulier que le prince Albert II se rend au stade Louis-II. Lundi matin, c’est en chef d’État garant de la sécurité du pays que le souverain a passé près d’une heure et demie dans les locaux situés au-dessus du parvis – dans les anciens locaux de l’Université de Monaco –, là où, sur trois étages, est provisoirement installée la Sûreté publique.

Le souverain a été accueilli par une haie d’honneur formée par des fonctionnaires de l’Unité de préservation du cadre de vie – la petite dernière de la police monégasque – et d’élèves de l’école de police. Les deux tiers des effectifs de la police monégasque se retrouvent désormais – et provisoirement – logés ici, pour une durée de trois ans, le temps qu’il faudra pour réaliser les travaux et la surélévation du bâtiment de la rue Suffren-Reymond.

L’enjeu est de taille: passer de 3.000 à 6.000 m² de surface d’exploitation. Livraison en 2023.

Les cellules restent à la Condamine

Mais d’ici là, la police doit continuer à opérer dans les meilleures conditions possible. Elle a donc posé ses valises pour trois années au stade Louis-II. Le déménagement s’est terminé voici une dizaine de jours. Et lundi, donc, le souverain est venu visiter les nouveaux locaux provisoires de la Sûreté, ainsi que l’école de police, installée au même endroit. Il était accompagné du ministre d’État Pierre Dartout et de deux conseillers-ministres, Marie-Pierre Gramaglia (Équipement, Environnement et Urbanisme) et Patrice Cellario (Intérieur).

Haie d’honneur devant le stade Louis-II pour la visite des autorités dans les locaux provisoires de la Sûreté publique.
Haie d’honneur devant le stade Louis-II pour la visite des autorités dans les locaux provisoires de la Sûreté publique. (Photo Manu Vitali / Dir. Com.)

Pendant trois ans, la police monégasque se met au vert à Fontvieille, tout près de la pelouse de l’AS Monaco. Occasion toute trouvée pour la Sûreté publique de rester dans la même teinte en signant le Pacte national pour la transition énergétique. C’était dans le salon d’honneur du stade, là où les supporters privilégiés se retrouvent les soirs de match, qu’une rapide cérémonie a permis d’acter l’engagement de la police de Monaco à tout faire pour contribuer aux objectifs écologiques du prince Albert II, à savoir la décarbonation du pays en 2050.

La plupart des services de la Sûreté publique, ainsi que l’école de police – installée ici depuis deux mois -, sont désormais hébergés au stade Louis-II. Dans les locaux de la rue Suffren-Reymond, il reste la police judiciaire, le centre de supervision, le PC, la brigade des mineurs et la salle de garde.

Le directeur de la Sûreté publique a signé la charte d’engagement avec Annabelle Jaeger-Seydoux, la directrice de la Mission pour la transition énergétique.
Le directeur de la Sûreté publique a signé la charte d’engagement avec Annabelle Jaeger-Seydoux, la directrice de la Mission pour la transition énergétique. (Photo Manu Vitali / Dir. Com.)

"Comme nous n’avons pas pu déménager les cellules, tous les services qui ont un lien avec les gardes à vue ou les rétentions sont restés rue Suffren-Reymond", ajoute Richard Marangoni, le directeur de la Sûreté publique.
"Nous sommes installés dans des locaux sécurisés et opérationnels pour travailler dans les meilleures conditions", ajoute-t-il.

Trois étages du stade

Sur ces trois étages du stade Louis-II, on trouve d’abord, au premier étage, le Service des résidents, là où les étrangers habitant en Principauté effectuent les démarches notamment pour obtenir ou renouveler leur carte de résident. Au guichet d’accueil, on découvre d’ailleurs une nouvelle machine futuriste – le kiosque dans le jargon policier – où il deviendra beaucoup plus simple d’effectuer toutes les démarches grâce à l’identité numérique.

Au deuxième étage, se trouvent l’école de police, la division de police urbaine et le secrétariat du tribunal de simple police, qui gère les contraventions.

Enfin, au troisième étage, la direction de la Sûreté et l’administration générale se sont installées pour les trois années à venir.

Durant cette période, le public ira donc au stade Louis-II pour assister à un match de foot ou de basket, pour faire du sport… ou encore pour aller voir la police.

Transition énergétique: les 5 engagements de la police

"L’adhésion au Pacte n’est pas un acte symbolique ; la signature de la charte s’accompagne d’engagements." Marie-Pierre Gramaglia n’est pas du genre à être impressionnée. Face à un parterre d’uniformes réunis dans la salle d’honneur du stade Louis-II, devant les plus hauts responsables de la police monégasque, le conseiller-ministre de l’Équipement, de l’Environnement et de l’Urbanisme a prévenu que la charte d’engagement du Pacte national pour la transition énergétique, comme son nom l’indique, engage.

Avant de la signer, Richard Marangoni a pris soin de prouver combien il en avait conscience. "Les derniers drames survenus dans l’arrière-pays maralpin ne font que confirmer l’urgence de se mobiliser encore davantage pour protéger l’environnement à travers nos actions et nos décisions quotidiennes", a-t-il commencé, soulignant ensuite que le personnel de la Sûreté publique s’emploie depuis plusieurs années à apporter sa pierre à l’édifice du développement durable.

Comment? Voici cinq éléments de réponse fournis par Richard Marangoni lors de son discours devant le souverain et les autorités du pays.

1 - Nouvelle unité 

Le premier, et le plus récent, est la création de l’Unité pour la préservation du cadre de vie (UPCV). Sa mission est de lutter contre les nuisances de toute sorte et les incivilités. "Cette unité est chargée de lutter contre les nuisances sonores, des véhicules comme des chantiers, complète Audrey Corentin, chef de la Division de l’administration et de la formation à la Sûreté publique. L’UPCV est également là pour combattre les incivilités comme les jets de masques, de mégots ou de papiers dans la rue." 

2 - Mobilité 

La Sûreté publique a acquis, ces dernières années, trois véhicules hybrides, quatre véhicules à propulsion électrique totale (Twizzy) et 13 vélos à assistance électrique. Deux voitures 100 % électriques – des Volkswagen Golf rouges et noires ID.3 – viennent compléter l’arsenal de véhicules propres. "Chaque année, quand on change des véhicules, on passera à l’électrique. Soit un à deux par an", ajoute Audrey Corentin.
"Nous avons également prévu la mise en place d’horaires de travail décalés et la mise en œuvre ponctuelle du télétravail", ajoute Richard Marangoni pour indiquer le souci de réduire les déplacements en Principauté, quand c’est possible.

3 - Gestion des déchets 

Les fontaines à eau ont remplacé les bouteilles en plastique. Le tri sélectif a été mis en place au sein du bâtiment et des postes périphériques. Cela passe par le tri du papier et les collectes des bacs jaunes. « Nous avons aussi commencé à mutualiser certaines imprimantes », indique Richard Marangoni. 

4 -Consommation d’énergie

D’abord, la mise en place progressive de l’éclairage LED dans tous les bâtiments et les postes périphériques de la Sûreté publique est en cours. "Au fur et à mesure de la rénovation, nous allons poursuivre avec ces éclairages basse consommation", poursuit Audrey Corentin.
Le directeur de la Sûreté annonce par ailleurs la "mise en place de détecteurs de mouvements dans les parties communes, les toilettes, les vestiaires et les parkings pour optimiser le temps d’éclairage au strict nécessaire". Lequel ajoute qu’une consigne a été donnée au personnel de bien penser à éteindre les lumières des bureaux en fin de journée. En outre, 90 % des armoires électriques vétustes ont été changées.

5 -Panneaux solaires

"Dans le cadre des travaux de surélévation du bâtiment de la rue Suffren-Reymond, qui sera réalisé selon les dernières normes environnementales, des panneaux photovoltaïques seront installés", rappelle enfin Richard Marangoni.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.