“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Les opérations de sécurisation ont commencé autour du bloc rocheux de 40 tonnes qui menace de tomber à Monaco

Mis à jour le 31/07/2020 à 20:46 Publié le 31/07/2020 à 21:00
Les deux cordistes évoluent en rappel à vingt mètres de hauteur, sécurisés par deux cordes.

Les deux cordistes évoluent en rappel à vingt mètres de hauteur, sécurisés par deux cordes. Photo Cyril Dodergny

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Les opérations de sécurisation ont commencé autour du bloc rocheux de 40 tonnes qui menace de tomber à Monaco

Depuis ce vendredi, des cordistes évoluent sur la falaise du Jardin exotique pour sécuriser, puis conforter, un pan de roches menaçant de s’effondrer sur le boulevard de Belgique. Explications

Leur profession a de quoi donner le vertige.

À flanc de falaise, perchés et harnachés à vingt mètres de hauteur, ces deux cordistes évoluent sans crainte sur la paroi rocheuse du Jardin exotique. Un numéro d’équilibriste d’autant plus éloquent que les deux ouvriers, casques vissés sur la tête, se déplacent armés d’un perforateur.

Dans le bruit et la poussière, donc. Leur mission des prochains jours : sécuriser un bloc rocheux de près de 40 tonnes (et non 4 comme il nous avait été communiqué précédemment), présentant de sérieuses faiblesses et menaçant de chuter sur le boulevard de Belgique, à la hauteur du tunnel de l’hôpital.

« Dans le cadre des chantiers qui sont en périphérie [le parking à l’entrée de ville Ouest et le nouveau CHPG, ndlr], on ausculte et on contrôle régulièrement les falaises, confie Alain Laurent, directeur adjoint de la Direction des Travaux Publics. Une fissuration importante était apparue dans ce rocher. »

Geneviève Pepe, ingénieur géologue chez E & G Monaco, maître d’œuvre de l’opération, embraye : « De plus, le rocher n’avait plus d’assise. Quant aux fissures, elles sont millimétriques mais elles sont orientées de manière très défavorable. Le rocher se fracture naturellement. » À cause, notamment, du vent, de la pluie et des écarts de température.

Un bloc rocheux instable

L’éventualité d’une chute imminente, couplée à la configuration passante des lieux, a donc poussé les autorités à vite réagir. D’où la fermeture, dans les deux sens de circulation, du boulevard de Belgique (lire ci-contre).

Jusqu’à ce lundi soir, la première phase des travaux consiste à une mise en sécurité provisoire du bloc rocheux par un filet de câbles.

« On effectue des forages périphériques autour du bloc pour y placer des barres d’acier scellées sur deux à trois mètres de profondeur. Celles-ci serviront d’ancrage pour la mise en place d’un filet de protection qui va confiner ce rocher », détaille Franc Chabbert, directeur d’agence PACA de NGE Fondations, en charge des travaux de confortement.

Une opération délicate pour les cordistes, lesquels interviennent sur une masse encore instable. « Le protocole est strict : les cordistes en rappel n’interviennent jamais en dessous du bloc. Ils travaillent sur la partie sommitale et les parties latérales, de haut en bas donc. Vu qu’on met de l’énergie sur le bloc, celui-ci est susceptible de se décrocher. Si c’est le cas, les cordistes ne sont jamais dans sa trajectoire. De plus, ils travaillent sur deux cordes. Si celle du maintien au travail se rompt, celle de secours prend le relais », poursuit Franc Chabbert.

Une fois le rocher sécurisé, le boulevard de Belgique rouvrira en alternat et la deuxième tranche de travaux, à savoir le confortement, s’amorcera jusqu’à samedi. « On transpercera le rocher et on l’ancrera avec des barres enfoncées jusqu’à cinq mètres de profondeur. » Pendant toute la durée du chantier, des extensomètres surveillent, en temps réel, les déformations et mouvements du bloc rocheux.

Circulation restreinte pour les automobilistes et piétons

Des piétons refoulés au bout du boulevard de Belgique, quelques dizaines de mètres avant le tunnel de l’hôpital. Des véhicules qui rebroussent chemin à la vue du sens interdit et des plots rouges.

La première phase des travaux s’achèvera demain à 19 h et nécessite, depuis vendredi, une fermeture complète de la circulation automobile et piétonnière du boulevard de Belgique (du giratoire situé en bas du parc Princesse-Antoinette jusqu’au tunnel).

Pour se rendre au CHPG, une seule solution : l’avenue Pasteur.

« Les piétons auront également la possibilité, depuis le boulevard de Belgique, d’emprunter l’ascenseur des Révoires pour rejoindre le boulevard du Jardin exotique et l’ascenseur de l’hôpital, précise le gouvernement princier.

De lundi à samedi, de 7 h 30 à 19 h uniquement, une circulation alternée sera mise en place à la hauteur du tunnel de l’hôpital.

La circulation restreinte pour les automobilistes et piétons.
La circulation restreinte pour les automobilistes et piétons. Photo C. D

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.